"Chere Laura,

Hélène m'a fais part de ce qui vient de t'arriver en très peu de temps.

D'ailleurs si tu la vois, embrasse-la pour moi, et remercie là du cadeau qu'elle m'a fait en m'envoyant cet écrit.

Elle m'a parlé de ton rêve, d'une maison qui hante tes nuits. De ce « cauchemar » qui reviens dès tes yeux fermés. De ce cauchemar que tu voudrais néanmoins prolonger... De cet apartement dans lequel le petit Arthur, fils des potentiels acheteurs disparaît mystèrieusement et aussi mystèrieusement réapparait on ne sait d'où. De cette prédisposition que tu as à ressentir le passé d'un lieu.

De ton « Patron » auquel une liaison te lie, mais que tu ne veux pas appeler par son prénom.

Chère Laura, cela doit être dur de penser que ton père vous a abandonnées, ta soeur, ta mère et toi (ou peut-être pas?). Cela doit bien faire peur de penser que tu pourrais finir ta vie si jeune; à cause de la même maladie qu'il avait et qui est héréditaire; cela doit bien faire peur de faire ce test qui te fera connaire la vérité. Seras-tu, dans quelque temps affecté par cette « Chorée d'Huntington » comme lui, comme peut-être ta soeur Elana.

Chère Laura, pendant tout cela, ta maison revient à chaque rêve, une maison qui existe vraiment? Une maison que tu connais peut-être? Une maison qui fais partie de toi, ou de ton passé? Car c'est toi que cette maison appelle, n'est-pas Laura? C'est par le biais de cette maison que tu connaitras l'évidence de ce passé dont tu ne doutais pas...

Seras-tu véritablement attente par cette maladie? Cette vérité que tu ne veux pas connaître?

Alors que tu chemines vers ton week end, je sais déjà que tu va la trouver devant toi, et que c'est même là que tu vas. La maison de ton rêve. Ta maison. La maison que tu vas appeler par son prénom.

J'ai été dévorée par ton histoire, j'ai couru sur les mots pour connaître ton aboutissement..."

et je suis restée déçue par une fin qui me fesait espèrer autre chose. C'est une histoire qui promettait une autre fin. Je voyais des feux d'artifice, un grand clash...rien de tout ça.

Quand je l'ai reçu, j'ai lu la quatrième de couverture et « […] elle réinvente le grand roman gothique anglais, et toutes les nuances du sortilège » m'a fait dire « youpi! Quelque chose de captivant », dans un sens il y avait pas mal de caractèristique du roman gothique, mais si j'ai aimé toute l'histoire, je suis quand même restée sur ma fin.